Du 27 au 29 novembre 2017, un colloque international organisé par l’Académie des Sciences d’Outre-Mer (ASOM), a rassemblé à Paris, les meilleurs spécialistes français et américains pour traiter de la Nouvelle-Orléans, de son histoire et de son environnement.

Une occasion rare de réunir à la fois scientifiques et politiques puisque ce colloque s’est déroulé à l’occasion de la venue de Mitchell Landrieu, maire de la Nouvelle-Orléans et de son équipe invité par Anne Hidalgo, maire de Paris et très sensible à la cause de la francophonie louisianaise.  De nombreuses festivités seront programmées en 2018 pour une mise en avant de la Louisiane dans la capitale.

 

Mitchell Landrieu a rencontré également le maire de la ville d’Orléans (« l’ancienne » pour les louisianais) pour un jumelage historique et un agenda bien étoffé en festivités : la participation d’une délégation orléanaise en ouverture du carnaval de la Nouvelle-Orléans ainsi qu’un mois consacré à la Louisiane en avril 2018 à Orléans.

https://www.facebook.com/OrleansMetropole/videos/2019967084953116/

INTERNATIONAL🇫🇷🇺🇸 : Orléans🇫🇷 et la Nouvelle-Orléans🇺🇸 bientôt…

[INTERNATIONAL🇫🇷🇺🇸 : Orléans🇫🇷 et la Nouvelle-Orléans🇺🇸 bientôt jumelées !]Un nouvel accord de jumelage est annoncé entre Orléans et la Nouvelle-Orléans.► Olivier Carré, Maire d'Orléans et Président d'Orléans Métropole, a reçu ce mardi 28 novembre, Mitch Landrieu Maire de la Nouvelle-Orléans (Louisiane, États-Unis) : les édiles ont annoncé "la naissance d'un jumelage évident" qui sera officiellement signé en 2018. ► Trois axes de collaboration seront privilégiés : l’entrepreunariat, la gestion de l'eau, et la culture et le tourisme comme vecteurs économiques créateurs d'emploi.► Au programme de la délégation néoorléanaise figurait également : visites de la ville, du LAB’O Village By CA Orléans , de la Cathédrale d'Orléans, et préparatifs du trois-centième anniversaire de la naissance de la Nouvelle-Orléans. La cité johannique célèbrera ce tricentenaire en mettant la ville américaine à l'honneur pendant toute l'année 2018.#OrleansMetropole #Orleans #NOLA

Publié par Orléans Métropole sur mardi 28 novembre 2017

 

 

 

Les 2e Entretiens d’Outre-Mer ont donné lieu à une trentaine de communications avec les meilleurs spécialistes que ce soit universitaires ou experts institutionnels.

En attendant la parution des actes du colloque, nous vous livrons ici une sélection de communications susceptibles d’intéresser les membres de notre association dans le cadre de leurs recherches.

 

 

Approche historique avec :

  • La Louisiane, ca 1720, par F. Chéreau (copyright HNOC)

    Gilles-Antoine Langlois (historien et urbaniste) : Fondation de la Nouvelle-Orléans : l’histoire par les cartes et les plans.

  • Outils de représentation du projet et des ambitions qui y sont appliquées, la carte et le plan sont les plus précieux témoins de la création ex nihilo d’une ville. Leur très grand nombre, plus d’une trentaine de travaux laissés par les ingénieurs, permettent de préciser les compétences et les intentions des fondateurs.
  • Gilles-Antoine intervient en tant qu’expert auprès du HNOC (Historical New Orleans Collection) à l’occasion de l’exposition « The Founding Era » qui se tiendra du 27 février au 27 mai 2018 à la Nouvelle-Orléans.

 

  • Cécile Vidal (EHESS) : La Nouvelle-Orléans caribéenne : genèse urbaine, empire et race dans l’Atlantique français au XVIIIe siècle.
  • Ville portuaire caribéenne au XVIIIe, elle fut fondée tardivement au vu de l’essor du système de la grande plantation esclavagiste dans les Antilles anglaises et françaises depuis le milieu du XVIIe. Située à la frontière nord de l’espace Caraïbes, la Nouvelle-Orléans entretenait des relations étroites avec Saint-Domingue et se transforma rapidement en société esclavagiste fortement marquée par la question raciale.
  • Cécile Vidal coordonne actuellement l’Histoire mondiale de l’esclavage prévue en 2020.

 

  • Nathalie Dessens (Univ. Toulouse-civilisation américaine) : La Nouvelle-Orléans 1800-1850 : d’une ville plurielle à une ville créole.
  • De petite ville coloniale durant son premier siècle d’existence, la Nouvelle-Orléans est devenue, au milieu du XIXe, la 3e ville la plus peuplée des Etats-Unis. Cette expansion sans précédent, s’est faite par un apport permanent de populations venues d’Europe, de la Caraïbe, et d’Amérique latine. L’auteur analyse ce passage au statut de capitale créole des Etats-Unis, une position centrale dans un espace caraïbe en pleine expansion.

 

  • E.Degas (Harvard Museum)

    Olivier Feiertag (Historien, Univ. Rouen) : La Fortune du « Roi coton » de la Nouvelle-Orléans à la Normandie : les chemins de la mondialisation.
    Les exportations de coton américain, des quais de la Nouvelle-Orléans vers le port du Havre (Bordeaux fut le 2e port), constituent un des principaux flux transatlantiques de la fin des guerres napoléoniennes en 1815 au déclenchement de la crise de 1929. L’auteur étudie le rôle des négociants et courtiers sur les deux rives de l’Atlantique déjà immortalisé par Degas en 1873.

 

D’importants fonds d’archives disponibles en France et en Louisiane, un terrain de recherche pour les étudiants .

  • Pascal Even ( ASOM) :  Les différents centres des Archives nationales possèdent ainsi que les Archives diplomatiques, de nombreuses sources sur l’histoire de la Louisiane depuis l’Ancien Régime jusqu’à la première guerre mondiale. Le fonds historique du consulat de la Nouvelle-Orléans situé aux Archives diplomatiques de Nantes est disponible en intranet avec une diffusion prochaine sur internet.
  • Claude Ponnou présente les collections cartographiques disponibles au Service historique de la Défense et notamment sur le fonds du Dépôt de la Guerre, les fonds du génie, les Archives de la Marine sans oublier les grands dépôts de la BNF, les archives nationales d’Outre-Mer et les archives diplomatiques.
  • Gilles-Antoine Langlois souligne l’intérêt historique des collections scientifiques constituées par des savants et des botanistes au XVIIIe et début XIXe. Ils ont laissé des archives et des herbiers qui n’ont pour la plupart jamais été exploités.
  • Le partenariat du Historical New Orleans Collection (HNOC) et l’Ecole des chartres, permet aux jeunes stagiaires français d’appliquer sur le terrain louisianais leurs compétences en paléographie et en archivistique ainsi qu’en numérique. Cette coopération fructueuse aboutit à la mise en ligne du fonds patrimonial louisianais, en particulier francophone comme « The artiste database » ou « A guide to French Louisiana Manuscripts ».
  • Alfred Lemmon (HNOC) rappelle le travail de préservation historique mené par l’Université de Loyola dès 1968, de microfilmer toutes les archives de la Louisiane espagnole de l’Archivo General de Indias à Séville. Cette démarche fut suivie par d’autres institutions comme le Centerfor de LSU-Lafayette, le HNOC, le Southeastern Architectural Archive of Tulane, ainsi que les archives notariales de la Nouvelle-Orléans, celles de l’archidiocèse, ou encore les anciens fonds de la colonie du Louisiana State Museum. Tout ce patrimoine archivistique est actuellement en ligne.
  • Dana Kress (Univ. Centenary Shreveport). Enseignant et responsable des Editions Tintamarre, Dana Kress a initié la ré-édition de toute la littérature du XIXe ainsi que la littérature contemporaine.  Accessible en ligne, l’Anthologie vivante de la Louisiane française est une contribution inestimable au « gumbo linguistique » typiquement louisianais avec ses romanciers immigrés, ses conteurs amérindiens, ses chanteurs créoles et ses poètes caddies,  au total des milliers de pages disponibles sur internet.

  • Anne Legrand (Bnf-IReMUS) : Quelques musiciens de jazz de la Nouvelle-Orléans connus et méconnus en France entre 1919 et 1959.
  • De retour aux Etats-Unis, les soldats afro-américains venus en Europe à partir de 1917, évoquent l’existence d’une terre accueillante et un lieu où les barrières de la ségrégation n’existent pas. Ainsi, plusieurs musiciens originaires de la Nouvelle-Orléans se rendent en Europe pour effectuer des séjours plus ou moins longs, à la recherche d’une reconnaissance pour leur art. L’exemple le plus connu est celui de Sidney Bechet dont les morceaux comme Les oignons ou Petite Fleur résonnent encore dans nos têtes. D’autres artistes comme le trompettiste Louis Armstrong ou moins connu comme le saxophoniste et clarinettiste Peter Ducongé, le tromboniste Albert Wynn, le saxophoniste Frank Goudie et le trompettiste Tommy Ladnier, tous deux originaires de Louisiane.

 

Droit et environnement

  • Olivier Moreteau (juriste LSU Bâton Rouge) : Le droit louisianais, un gombo juridique qui s’offre en partage.
  • Si le gombo est un plat créole emblématique , il s’applique également au droit louisianais . Son brassage culturel permet de comprendre comment cet état du Sud a su combiner l’héritage français et espagnol dans un Code Civil tout en intégrant des pans entiers du Common Law, avec un système judiciaire favorisant le développement du droit au cas par cas, comme dans les états voisins. Le 1er code de 1808, fait sur le modèle du Projet de Code civil français, ne fut pas tout à fait un code mais un « digeste » du droit existant lors de la cession de la Louisiane avec des retouches mineures. Même si le droit antérieur fut abrogé lors de l’adoption du code de 1825, les jugements rendus sur les matières relevant du Code civil, tendent à maintenir l’héritage du passé. De même les révisions de 1870 et des cinquante dernières années préfèrent la continuité à la rupture. La Louisiane contribue de manière exemplaire à l’expression du droit civil en anglais, en offrant un modèle de résistance à la contamination linguistique de la Common Law. La publication récente du Code civil en édition bilingue offre cette expérience singulière en partage avec la francophonie.
  • Quant à Jean-Marc Zaninetti (géographe, Univ.. Orléans) : Le renforcement des défenses structurelles de la Nouvelle-Orléans face à la montée des eaux.
  • Au XXe siècle, la ville de la Nouvelle-Orléans est exposée à la menace récurrente des ondes de tempête poussées par les cyclones depuis qu’elle s’étend sur les marécages environnants. Elle est passée au travers d’une succession de catastrophes survenant en 1915, 1947, 1965 et 2005. Chaque catastrophe naturelle est suivie par l’expansion des protections structurelles de la ville comme seule mesure de réduction des risques.  Rapidement, les collectivités locales sont devenues dépendantes des financements fédéraux et de l’intervention du Corps des Ingénieurs militaires. La Construction de l’Hurricane Protection System mis en place après l’ouragan Betsy en 1965, a failli avec Katrina en 2005.  Cette nouvelle catastrophe a vu la mise en place du nouvel Hurricane Storm Damage Risk Reduction System. Tandis que la subsidence du delta et la montée du niveau marin augmentent les risques à long terme.  La succession des cycles de restauration ne semble jamais devoir finir, nous ne pouvons espérer que la Nouvelle-Orléans survive à son quatrième siècle d’histoire.

5 Parishes. 350 Miles of Levee/Floodwall. 73 Pumping Stations (Fed & Non-Fed) 4 Gated Outlets. Legend. Federal. Federal Non-COE Non-Federal.

Approche politique avec :

  • l’arrivée de Mitchell Landrieu, maire de la Nouvelle-Orléans ainsi que Brian Bauer, attaché culturel de l’Ambassade des Etats-Unis et un représentant de le mairie de Paris.
  • la présentation de Vincent Sciama, consul général de France en Louisiane et à la tête du plus ancien consulat aux Etats-Unis, fondé en 1804.  Les perspectives de la francophonie néo-orléanaise en 2018 avec le président de l’alliance française Alexandre Vialou. Le relais pour les échanges franco-louisianais avec l’association FLFA-France Louisiane et son nouveau président américain : Joseph Roussel, boursier Codofil et parcours international, installé à Paris.

 

Voici une petite sélection des communications pour vous donner  un petit aperçu de la richesse du sujet que constitue la Nouvelle-Orléans. Beaucoup reste à explorer. Toutes les communications seront publiées d’ici fin 2018 par l’ASOM.

De nombreuses communications scientifiques se dérouleront à la Nouvelle-Orléans, vous pouvez consulter la liste sur le site du HNOC https://www.hnoc.org/sites/default/files/file_uploads/MakingNewOrleansHome_ATricentennialSymposium_PressRelease%28final%29_0.pdf

 

Anne Marbot

avec le concours des intervenants.

 

Mots-clés

 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Commenter