L’hôtel du Parlement du Québec, avec en arrière plan l’hôtel Delta où s’est déroulée le Rendez-vous 2017 du Réseau

Le Rendez-vous 2017 du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique s’est tenu du 17 au 19 juillet à Québec, ville cofondatrice du Réseau avec Moncton (Nouveau-Brunswick) et Lafayette (Louisiane). C’était le premier Rendez-vous de mise en oeuvre opérationnelle du Réseau. Plus de 300 représentants des villes et organismes membres du Réseau ont participé aux conférences et ateliers qui ont composé le programme de cet événement. Le Réseau a aussi publié le 18 août un bilan de son Rendez-vous 2017.

J’ai participé à ce Rendez-vous comme ami du Réseau, auteur de chroniques francophones sur son site internet, mais aussi au nom de l’AQAF, avec le titre « Partenariats et Histoire ». J’étais le seul participant français, en dehors de Jean-Louis Testud, de Cités Unies France, et de la Consule générale de France à Québec, Laurence Haguenauer, qui n’est restée qu’une matinée. Voici donc mes commentaires et impressions sur ce Rendez-vous…

L’école du cirque de Québec

Je voudrais tout d’abord insister sur la qualité de l’accueil par la Ville de Québec. L’organisation du Rendez-vous était impeccable et deux événements festifs très réussis ont agréablement ponctué les deux premières soirées. Le premier était un « coquetel » dinatoire à l’Ecole de cirque de Québec, où nous avons pu déguster les excellents produits concoctés par cinq chefs de Québec associés à cinq chefs invités (Louisiane, Nouveau-Brunswick, Ontario, Manitoba, Haïti). Nous avons aussi assisté à un court mais remarquable spectacle de cirque. La seconde était un souper spectacle au Port de Québec, où des musiciens de diverses régions francophones ont agrémenté la soirée.

Un petit rappel ensuite. Le Réseau a été fondé fin octobre 2015 avec une mission centrale : établir de nouveaux projets collaboratifs et partenariats et tisser des liens innovants afin d’amplifier le développement touristique, économique, linguistique et culturel de ses villes membres et de renforcer la vitalité des communautés francophones tout en préservant leurs héritages communs. Depuis cette date, le Réseau a établi son plan stratégique 2016-2018 et sa gouvernance. Ainsi la Ville de Québec et le Centre de la francophonie des Amériques constituent le bureau central du Réseau et offrent des services de coordination et d’appui à l’ensemble des villes membres et partenaires.

Cependant, avec une mission centrale aussi large et ambitieuse, il fallait bien définir des priorités. Lors du Rendez-vous 2016 du Réseau à Lafayette, le Centre de la francophonie des Amériques a proposé une démarche visant à créer des circuits touristiques qui permettent de rendre visible la présence francophone dans les Amériques. Le Rendez-vous 2017 marquait donc une première étape importante dans la mise en œuvre opérationnelle de cette démarche…

D’emblée, j’ai noté que la priorité du Réseau portait bien sur la création de routes et circuits touristiques, en mettant en valeur les bonnes pratiques, et sur les retombées économiques pour les villes partenaires. Il s’agit cependant d’un tourisme exigeant, en quête d’authenticité (à saveur locale) et d’expérience (individualisée sur mesure), au contact des populations locales et de leur histoire, de leur culture et de leur patrimoine francophones. L’ambition est donc noble et si les villes du Réseau peuvent en tirer un bénéfice économique, c’est très bien, car leur engagement collectif peut être extrêmement productif. C’est du moins l’état d’esprit général que j’ai noté parmi les participants.

La salle de réunion du Réseau à l’hôtel Delta de Québec (trouvez-moi parmi les participants !)

Il faut d’ailleurs préciser que la plupart des villes du Réseau sont des petites villes, très soucieuses de valoriser leur héritage francophone local. Au 20 juillet 2017, le Réseau comptait 143 villes membres, dont 34 dans les provinces maritimes du Canada, 29 au Québec, 20 en Louisiane, 19 à l’ouest du Canada, 18 en Ontario, 18 à l’est des Etats-Unis, 4 aux Caraïbes et une seule à l’ouest des Etats-Unis. Le Réseau semble donc plutôt représentatif des communautés francophones « historiques » d’Amérique, sans surreprésentation du Québec, ce qui constitue déjà un très bon résultat.    

Le Centre de la francophonie des Amériques avait préparé un carnet de route du participant (intitulé « Le Réseau… en marche » !), où figuraient des fiches pour mettre en œuvre une route ou un circuit touristique basé sur la culture et le patrimoine francophones. Ce carnet de route a permis d’orienter les échanges selon trois questions complémentaires : quel cheminement identitaire le Réseau doit-il raconter à travers une route ou un circuit touristique ? Quelle signature représenterait bien la vision d’ensemble et les offres touristiques du Réseau (image de marque) ? A quels types d’actions collaboratives le Réseau doit-il accorder la priorité ?

L’avenir dira si les échanges très imaginatifs et productifs auxquels j’ai participé produiront les résultats escomptés par le Réseau. Des premiers résultats encourageants incitent à l’optimisme. D’une part, le Centre de la francophonie des Amériques a enregistré, pendant le Rendez-vous, une quarantaine d’ententes de collaboration potentielles, convenues entre membres du Réseau, et une quarantaine également d’offres d’expertise (dont la mienne), alimentant un répertoire de personnes-ressources du Réseau. D’autre part, plusieurs annonces ont été faites concernant des projets déjà engagés dans cet esprit, notamment la Route de Champlain (Ontario) et plus largement le Corridor patrimonial, culturel et touristique francophone du Canada.

Il ne fait pas de doute que plusieurs projets de routes ou circuits touristiques se concrétiseront sous la bannière du Réseau. Il faudra cependant prendre soin d’éviter toute dérive privilégiant les retombées économiques au détriment d’un tourisme francophone authentique et personnalisé, notamment aux Etats-Unis (c’est bien l’impression que j’ai eue en écoutant certaines interventions). Plus généralement, les participants ont regretté le manque de visibilité médiatique et de soutien financier des actions du Réseau. Certains ont souhaité que des liens soient développés avec l’alliance française au Canada, voire aux Etats-Unis. La démarche engagée par le bureau central du Réseau vise à pallier progressivement ces manques, de même qu’à apporter les concours nécessaires pour surmonter les obstacles qui se présenteront.

Le prochain Rendez-vous du Réseau aura lieu du 10 au 24 août 2019, pendant le prochain congrès mondial acadien, à Moncton et dans l’Ile-du-Prince-Edouard. Le Rendez-vous suivant aura lieu en 2021 à Lafayette. Dans l’intervalle, en 2020, le Manitoba accueillera une réunion du Réseau.

On verra à ces occasions si les actions de terrain engagées auront réussi à convertir le Réseau en vecteur d’innovation alliant exigence touristique et mise en valeur de la francophonie nord-américaine. Il est important que l’AQAF continue de suivre cette démarche pour construire de futures collaborations.

Jean-Marc Agator

Mots-clés

 

0 commentaire

    Commenter