Pour la deuxième année consécutive, le sud du Québec s’apprête à vivre un Noël « vert ». Il n’est qu’à voir la mine consternée des présentateurs de la météo à la télévision pour se convaincre que la catastrophe est d’importance. Et même si l’hiver n’arrivera qu’avec retard, chacun sait bien qu’il  ne manquera pas d’amener son lot de tempêtes, de blizzard et de poudrerie. Un Noël sans neige va en frustrer plus d’un, et alimenter les conversations aux tables du réveillon…

Cela n’empêche pas les Montréalais d’arpenter la grand artère commerciale de leur ville à la recherche des présents qu’ils feront à Noël dans une ambiance  musicale propre à la magie des fêtes. Voici la rue Sainte -Catherine  qui étire quelques 1200 enseignes sur ses 11 km de longueur. Elle est née à la fin du XIXème  siècle au moment de l’avènement des grands magasins. A cette époque, ce sont des immigrants d’origine écossaise qui ont le monopole du commerce moderne dans ce tout nouveau quartier de Montréal. Ogivy débutParmi eux, un certain James Angus Ogilvy qui a débuté non loin de là dans un petit magasin avec un seul commis  et qui installe  peu avant la première guerre mondiale   un des premiers grands magasins  » à rayons »sur la rue Sainte-Catherine au coin de la rue de la Montagne. Il y cible la clientèle anglophone huppée de la ville. On trouve de tout dans ce magasin, en quantité : vêtements, livres, meubles. Les achats s’y paient au comptant et comme  ses concurrents, l’établissement  desservi par le tramway est équipé de l’éclairage électrique et du téléphone.  La famille revend  l’affaire quinze ans plus tard à un autre commerçant d’origine écossaise  qui  gardera la même enseigne et va tenter de barrer la route à la concurrence en y installant la première salle de concert symphonique à Montréal. Peu après la Seconde guerre mondiale, pour conforter son image, la maison Ogilvy investit dans un décor de Noël qui vient directement d’Allemagne, fabriqué par le fabricant de jouets Steiff réputé pour ses animaux en peluche.Ogilvy Montréal Les deux vitrines achetées en 1947   qui sont présentées en alternance tous les deux ans ont l’allure des vitrines  de Noël traditionnelles mécaniques du nord et du centre de l’Europe. Cette année, un village  aux maisons à colombages  peuplé d’une cinquantaine d’animaux en peluche  animés crée une ambiance délicieusement surannée si on le compare aux vitrines des magasins alentours qui rivalisent d’animations sur écrans plats. Qu’il neige ou pas, on vient de loin pour admirer la vitrine Ogilvy,  illuminée de 8h à minuit qui ne repartira dans les combles du magasin qu’aux premiers jours de janvier à moins qu’elle n’aille  subir un coûteux rajeunissement de ses rouages en vue d’une prochaine exposition.

 

ogivy piperEt les badauds  de s’agglutiner pour apercevoir  lapins, ânons, singes  hérissons et canards de la vitrine enneigée ou attendre le joueur de cornemuse  qui  à l’heure du déjeuner, rappelle avec vigueur les origines écossaises de la maison.

 

 

Que ce clin d’œil à cette institution montréalaise  soit l’occasion pour AQAF de  souhaiter  à ses membres et sympathisants un  agréable et paisible Noël.

 

Claude Ader-Martin

Mots-clés

 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Commenter