Le 18 octobre sera un jour particulier au Québec. Pas simplement parce qu’il sera veille de l’élection fédérale qui  voit entrer dans la course le fils de l’ancien Premier Ministre Trudeau, mais parce qu’il sera à l’aube d’une pollution annoncée du fleuve Saint-Laurent. eux uséesA l’heure où les citoyens sont priés de veiller à ce que leurs mégots ne polluent pas les trottoirs et où les résidents des bords du fleuve sont à l’amende en cas d’abandon de déchets près des cours d’eau, la municipalité de Montréal s’apprête à procéder à un déversement du tiers de ses égouts dans le Saint-Laurent.  Les experts ont calculé qu’à raison de 13 m3/ seconde  durant sept jours consécutifs, quelques 8 milliards de litres d’eaux usées en provenance d’usines, d’hôpitaux et de particuliers y  seront déversés. Beurk !

En attente d’une décision gouvernementale

Cette pollution programmée est liée aux travaux d’abaissement de l’autoroute Bonaventure et la construction d’une nouvelle chute à neige qui entraîne la purge d’une conduite qui sert à diriger les eaux usées vers la station de pompage. La municipalité a fait savoir que les activités nautiques récréatives seraient interdites pendant une période assez longue, mais on se doute bien que le mois d’octobre n’est pas la période la plus propice aux kayakistes. En revanche, l’impact sur la faune  et les écosystèmes n’a pas fait l’objet d’étude officielle de la part des autorités qui estiment qu’elles n’ont aucun autre choix possible.  Lorsque l’on sait que le fleuve est une source d’approvisionnement importante en eau potable pour la ville et les municipalités avoisinantes, on comprend l’inquiétude des riverains. Une pétition circule qui a obtenu 44.000 signatures en deux jours. Si la ville a obtenu l’aval du Ministère de l’Environnement du Québec pour effectuer son déversement, elle attend encore l’autorisation des instances fédérales pour pouvoir y procéder. Les égouts risquent de  déborder dans la campagne électorale. Il reste que  la réputation Ville « verte » et « bleue » de Montréal en prend un sacré coup à un an de la célébration de son 375ème anniversaire…

 

 

Claude Ader-Martin

Mots-clés

 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Commenter