En déjouant tous les sondages qui l’avaient vu partir en troisième place,  Justin Trudeau a remporté hier une victoire incontestée puisqu’il dirigera un gouvernement majoritaire. La 42ème  élection fédérale  a été marquée par la longueur de la campagne (78 jours au lieu de 37 jours habituellement) et les enjeux extérieurs qui s’y sont immiscés au fil des jours : procès de plusieurs sénateurs conservateurs touchés par des scandales financiers, crise des réfugiés, port du niqab lors des cérémonies de prise de citoyenneté canadienne, déversement des égouts dans le fleuve Saint-Laurent.Justin-Trudeau-sur-les-traces-de-son-pere Considéré par les médias au début de la campagne comme un candidat un peu fade face au chef de file néo-démocrate Thomas Mulcair, le chef du parti Libéral a d’abord tablé sur l’usure du pouvoir conservateur incarné par Stephen Harper, avant de  dépasser le candidat néo-démocrate sur son flanc gauche avant de se positionner au coude à coude avec ses deux adversaires principaux. La dernière quinzaine a été décisive alors que commençait à se dessiner une sorte de  » Trudeaumania », la jeunesse et la fougue du jeune chef du parti Libéral prenant le pas sur le ton très mesuré du chef néo-démocrate et le manque de combativité de Stephen Harper.

Le Québec change de couleur

Fils de l’ancien premier ministre Pierre-Elliott Trudeau,

Dans les bras de son père

Dans les bras de son père

Justin Trudeau, 43 ans  chef du parti Libéral depuis avril 2013 est député de la circonscription de Papineau à Montréal depuis 2008.  Le nouveau Premier ministre   se veut le champion de la classe moyenne,  a promis de lancer un grand programme d’infrastructures afin de sortir le Canada de la crise générée par la chute des prix du pétrole, quitte à endetter le pays. Avec 184 sièges au Parlement, le parti Libéral a une nette avance sur le parti Conservateur ( 99 sièges)  et le  NPD  de Thomas Mulcair (44 sièges) Les Ecologistes obtiennent un seul siège. Au Québec où l’élection se jouait à quatre en raison de la présence du Bloc québécois représentant les souverainistes, l’élection fédérale a changé la donne dans une province où la majorité est désormais libérale à la fois sur le plan fédéral et sur le plan provincial. Le Bloc québécois qui comptait un seul représentant lors de la dernière mandature compte désormais 10 députés à Ottawa  malgré la défaite de son chef Gilles Duceppe.

 

Claude Ader-Martin

Mots-clés

 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Commenter