En route pour le Château de Castelneau où nous sommes accueillis par Loic de Roquefeuil descendant du côté maternel,  d’un homme très célèbre à la Nouvelle-Orléans : François Seignouret.

Château de Castelneau

Château de Castelneau

 Fils d’un tailleur d’habit, cet homme originaire de Créon, aventureux et entreprenant va devenir un des plus célèbres ébénistes de la Nouvelle-Orléans dans un style qui lui est propre et qui a su s’adapter à toutes les époques : Révolution, Directoire, Empire.
La force de son art et de sa réussite est d’avoir eu la perspicacité de modifier les circuits d’approvisionnement du mobilier : plutôt que d’importer des meubles français, il a préféré acheter localement de l’acajou ou de l’ébène de Cuba plus adapté au climat subtropical et fabriquer en Louisiane des meubles adaptés à la culture créole.
Père fondateur du mobilier américain, ses meubles figurent aujourd’hui en bonne place à la Maison Blanche et à l’inventaire des biens nationaux français, ils restent très recherchés sur le marché des antiquités aux Etats-Unis.thumb_P1020972_1024
De retour à Bordeaux, il épousera une Bordelaise propriétaire de Château Terrefort (actuellement Château Dillon) et s’installera sur le Parvis des Chartrons à Bordeaux où il possède un important patrimoine immobilier dont un hôtel particulier et la salle Franklin. Il devient un des plus importants importateurs de vins de Bordeaux pour la Louisiane et crée sa maison de négoce à Bordeaux : la marque existe toujours mais n’est plus dans le patrimoine de ses héritiers.

Le Château de Castelneau lui sera transmis par sa mère, et il y plantera un arbre offert par Benjamin Franklin : le Calocedrus deccurens, toujours debout dans le parc du château.

Calocedrus decurens

Calocedrus decurens

Actuellement, la propriété produit une belle gamme de vins de Bordeaux dont des blancs remarquables à dominante de vieux sémillon, issus de plants américains du XIXe.  Elle est également ouverte à la visite dans le cadre des Best of Wine tourism et offre des prestations d’hébergement de qualité ainsi qu’une nouvelle salle de séminaire.  thumb_P1020971_1024
Cette propriété familiale est bien implantée dans la région de l’Entre-deux-Mers,  à deux pas de l’abbaye de la Sauve, sur la commune de St Léon.  Loïc de Roquefeuil est intarissable sur l’histoire et le patrimoine local tandis que son épouse Diane veille au confort de ses invités, une visite qui s’est terminée pour nous,  par un pique nique à l’ombre des arbres centenaires du domaine et accompagné par les vins du cru.  Pour plus d’informations ou réservation, voir le site : http://www.chateaudecastelneau.com/
Notre deuxième étape sera le Château Vignol, ancienne propriété de Montesquieu. Nous pénétrons sur la propriété par un dédale de verdure et d’arbres anciens qui rappellent la luxuriance végétale de Louisiane : des magnoliasthumb_P1020987_1024, des cyprès chauves, des chênes centenaires, des plaqueminiers, des orangers… et une allée de charmes nous mène à une imposante maison à l’architecture créole dont un des propriétaires était dans la commerce maritime transatlantique.  Beaucoup reste à découvrir pour écrire l’histoire du lieu si riche par la variété des essences des arbres que par  l’ « exotisme » du bâtiment qui s’est agrandi au fil des ans.
 thumb_P1020980_1024

Nous sommes accueillis par Dominique et Bernard Doublet propriétaires actuels du domaine et passionnés de jardinage.

Château Vignol

Château Vignol

La famille Doublet produit une large gamme de vins de Bordeaux dont la cuvée Louisiane, issue à 100% de cépage merlot.
Pour toute information, le site est http://www.famille-doublet.fr/
Une journée bien remplie et riche de belles découvertes sur les liens entre Bordeaux et la Nouvelle-Orléans, grâce à des professionnels du vin passionnés d’histoires à raconter et fiers de partager leurs vins.

Sortie proposée le 6 juin par l’association www.aqaf.eu

Vigne du Château de Castelneau en Entre-deux-Mers.

Vigne du Château de Castelneau en Entre-deux-Mers.

Anne Marbot

Mots-clés

 

1 commentaire

  1. Deux choses m’amusent dans ce reportage:
    – la tête encore altière du calocedrus, tellement détruit par la grêle du 2 août 2013. Nous devons l’élaguer drastiquement pour essayer de lui garder une touffe de verdure.
    -la fameuse armoire Seignouret qui contenait dans son buffet intérieur droit le stock de bonbons de notre arrière grand-mère.

Commenter