En cette année qui sera dédiée à la préparation de la Conférence Paris climat 2015, nous souhaiterions rendre hommage aux amérindiens francophones de Louisiane : les Houmas, un bel exemple de survie d’autochtones tant dans leur culture amérindienne que francophone mais aussi confrontés à un écosystème qui subit de plein fouet les déchaînements climatiques ou catastrophes liées à l’exploitation intensive du pétrole.

Alliés de la première heure des colons français au XVIIe siècle, les Houmas subirent les aléas de l’histoire louisianaise ainsi que leur mise à l’écart de l’économie américaine notamment avec la spoliation de leur réserve de chasse ou leur expulsion des zones pétrolifères, les condamnant ainsi à des zones rurales de pêche bien isolées au sud est de la Nouvelle-Orléans, un milieu rendu extrêmement fragile aujourd’hui avec la montée des eaux et les nombreux ouragans sur la côte du Golfe du Mexique. CSTW_aerial_island

Depuis la marée noire, les Houmas ne peuvent plus pêcher comme avant car des maladies de peau et respiratoires sont apparues. Un vrai fléau qui fragilise encore davantage l’ équilibre précaire de cette communauté qui ne dispose pas d’une couverture sociale adéquate . Quelques-uns parmi les jeunes ont réussi à partir et devenir avocats ou médecins en ville, d’autres partent travailler dans les chantiers navals.

Un écosystème menacé définitivement ? Au sud de la Nouvelle-Orléans près du Bayou Pointe au Chien, une langue de terre entourée d’eau …. avec d’étonnantes habitations, sortes de mobile home sur pilotis. Quelques arbres morts, rongés par le sel … Dans ce décor à l’abandon, vit une partie des Indiens Houmas francophones attachés à la terre de leurs ancêtres. Pour combien de temps ? jeanCHARLES

Documentaire : L’Isle de Jean Charles à l’épreuve du changement climatique. http://www.theatlantic.com/video/index/372747/the-louisiana-town-devoured-by-climate-change/

Aujourd’hui, la communauté compte 17 000 personnes réparties en trois clans mais unie par l’usage du français : 40% se disent locuteurs à des degrés divers. La grande majorité des Houmas ne savent ni la lire, ni l’écrire mais ils la parlent toujours . Des expressions sauvées de l’oubli comme s’épailler pour s’étendre, catin pour poupée, ou encore icitte pour ici … qui se mélangent avec le choctaw, la langue de leurs ancêtres.

Ils sont fiers de cet héritage français et entendent bien afficher leur appartenance à la francophonie des Amériques. Deux leaders charismatiques pour faire vivre cette communauté  : le Père Roch Naquin et Thomas Dardar, Chef de la Nation Unie Houma, ont entrepris un long travail de communication auprès des institutions fédérales, locales, francophones et avec les médias.

Père Roch NaquinLe père Roch Naquin aime à dire qu’il se considère indien et français (1) : « Mon ancêtre Charles est venu des environs de Bordeaux. Il s’est marié avec une Indienne. Ici, sur l’île Jean Charles, mon père et ceux de son âge parlaient et écrivaient le français. Il a ensuite appris l’anglais, au contraire de ma maman, qui ne l’a jamais voulu. Aujourd’hui, seuls les plus anciens de mes voisins résistent. Les plus jeunes sont anglophones. Cela va être dur de préserver notre langue ».

Quant au Chef Thomas Dadar , il fait partie de cette génération de quinquagénaires conscients que si rien n’est entrepris tout de suite dans le domaine de l’éducation ou de la culture, il ne restera plus rien de leur mode de vie spécifique.Avec_le_Chef_Dardar-3

C’est la raison pour laquelle, les Editions tintamarre (1er éditeur francophone aux USA!) viennent de publier un ouvrage de référence « Istrouma : manifeste Houma » de Michael Dardar dans lequel il retrace l’histoire de l’Amérique autochtone et des peuples colonisés du monde entier, une façon de mettre en avant les spécificités de la Nation unie Houma, ses difficultés d’être amérindien depuis l’époque coloniale jusqu’à nos jours.

Istrouma, manifeste Houmas

Istrouma, manifeste Houmas

Istrouma, manifeste Houmas- ISBN : 978-098573-450-3

Son manifeste rappelle les différentes politiques de reconnaissance par le gouvernement fédéral mais aussi les promesses ou manœuvres politiciennes qui promettent la justice tout en perpétuant l’exploitation abusive des ressources naturelles de Yakni Houma- la Terre Houma. Un ouvrage bien documenté avec de nombreuses réflexions et des poésies émouvantes , qui nous permettent d’entrer dans la réalité des Houmas : un peuple tenace et attaché à son passé mais également une communauté soucieuse de son devenir et tournée vers l’avenir.

Pour en savoir plus sur les événements et l’actualité de la communauté Houmas :

http://www.unitedhoumanation.org/

ou entendre un témoignage du parler Houmas,

https://www.youtube.com/watch?v=dTezw7_MVHE

 

(1) Sources d’information  : France Amérique, lettre d’infos de l’Ambassade de France à Washington, site du consulat de la Nouvelle Orléans, site des éditions Tintamarre.

 

Mots-clés

 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Commenter