Notre association s’étant donné pour mission d’étudier de près ce qui se fait au Canada pour s’en inspirer si besoin était, je ne manque pas chaque jour de jeter un œil sur Radio-Canada qui me semble être un modèle en matière d’information. Les projets de réorganisation  de la chaine dus aux restrictions budgétaires qui vont priver les Francophones des régions les plus reculées de leurs infos en français ne laissent  d’ailleurs pas de m’inquiéter,  mais ceci n’est pas mon propos. Hier soir donc, le téléjournal de 22h de Radio-Canada rappelait, à l’heure où la campagne pour les élections fédérales de 2015 s’est  ouverte sur fond d’attaques terroristes au Québec et à Ottawa, le combat de boxe qui, au printemps 2012 avait mis  face à face le député libéral Justin Trudeau et le sénateur conservateur Patrick Brazeau, chacun se faisant le champion de sa formation politique au profit d’une cause commune, la lutte contre le cancer. Imaginez vous ça chez nous ? Valls contre Juppé ou Sarko contre Hollande  en short au bénéfice du Téléthon,  de la lutte contre les maladies cardio-vasculaires ou de la sécurité sociale ! Voilà de quoi faire remonter en flèche  le moral des Français tout en remplissant les caisses !

A la loyale

Devant un parterre de 800 invités ayant payé le prix fort pour l’occasion, les protagonistes- tous deux quadras en pleine forme- n’ont pas fait semblant et ont démontré que sur le ring, comme en politique, rien n’est jamais gagné d’avance.  Trudeau « Belle gueule », qui pourrait servir de doublure à Hugh Grant,  qui a pour et contre lui d’être le fils  de l’ancien premier ministre Pierre Elliot Trudeau  est alors un simple député dans un parti en déclin. Brazeau, « Rambo », sénateur au sein d’un parti extrêmement puissant à l’époque, a été moins gâté par la vie.  Ceinture noire de karaté, il a du sang indien et s’est illustré dans l’armée. Les deux adversaires  s’affrontent depuis de longues semaines par médias interposés. Politique spectacle ou métaphore, ce combat ? Seuls les intéressés et leurs partis respectifs le savent… Mais ça va faire du bruit !

Comme à Hollywood

Contre toute attente, c’est Trudeau qui sort vainqueur sous les hourras et comme on est en Amérique, on se serre la main après le combat au lieu de raconter devant les micros que si on n’a pas gagné, on n’a pas perdu non plus. Le vaincu qui avait parié sa longue chevelure accepte que le vainqueur la lui coupe…..Depuis, chacun des deux a fait son chemin.  Justin Trudeau auquel ses adversaires reprochent toujours d’être un enfant gâté est devenu en 2013 chef du parti libéral dont la côte remonte progressivement. Pour le sénateur Brazeau, c’est plutôt la dégringolade : Mis à l’écart de son parti pour une affaire de violences conjugales, il s’est reconverti dans la gestion d’un bar « à danseuses » comme on dit là-bas. Verrait-on cela chez nous ? Ou plutôt, qui verrait-on dans ce rôle ?

<img class="alignnone size-medium wp-image-2977" src="https://www.aqaf.eu/wp-content/uploads/2014/11/brazeau-300×215.jpg" alt="brazeau" width="300" height="215" srcset="https://www.aqaf.eu/wp-content/uploads/2014/11/brazeau-300×215.jpg 300w, https://www order cialis overnight.aqaf.eu/wp-content/uploads/2014/11/brazeau-243×175.jpg 243w, https://www.aqaf.eu/wp-content/uploads/2014/11/brazeau.jpg 449w » sizes= »(max-width: 300px) 100vw, 300px » />

L’histoire de ce combat de boxe en trois rounds fait l’objet d’un documentaire  d’une heure et vingt minutes sous le titre de « God Save Justin Trudeau ». A savourer sans modération !

 

Claude Ader-Martin

 

Mots-clés

 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Commenter