Il y a un siècle et demi, les premiers voyageurs s’installent à la suite des explorateurs Fraser et Mackenzie dans ce qui deviendra la Colombie-Britannique.  Ils y fondent des familles  avec des femmes autochtones de cette région avant l’arrivée de missionnaires religieux venus d’Europe ou du Canada francophone.Le développement de l’industrie forestière le long de la rivière Fraser favorisera ensuite l’arrivée d’une communauté  grandissante qui fera du français la langue la plus parlée en Colombie-Britannique  jusqu’à la ruée vers l’or de 1858. A l’occasion du Nouvel An, la Société historique francophone de la Colombie-Britannique (SHFCB) www.shfcb.ca qui a pour mission de faire connaître l’histoire des francophones de sa région  propose un calendrier  original pour l’année 2013. Illustré par des pièces intéressantes de ses archives sur l’histoire et les traditions des Francophones de l’ouest canadien, il est vendu en ligne au prix de 15$CA.  Chaque mois est l’occasion de faire revivre un ou plusieurs personnages restés célèbres jusqu’à nos jours : du  missionnaire  Edmond Maillard, originaire de Lyon qui donna son nom à la petite ville de Maillardville devenue le quartier francophone de Coquitlam à Blanche Lambert, créatrice de la troupe Molière qui anima les soirées théâtrales de la ville de Vancouver de 1946 à 1967 .  Sans oublier Alma GaudreaultGilbert, cofondatrice  aux côtés d’Elianne Roberge et de Margaret Rutledge du célèbre « Flying Seven« ,  premier club d’aviatrices canadiennes créé en 1936. La Canadian Air Force refusant de les intégrer au moment de l’entrée du Canada dans la Seconde guerre mondiale, elles se vengèrent intelligemment en organisant des levées de fonds pour l’achat d’avions d’entrainement et la création de cours de mécanique et de pilotage qui permirent la professionalisation de nombre de femmes qui intégrèrent ensuite l’armée ou les usines d’aviation civile !

Mots-clés

 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Commenter