A Québec , aux parades succèdent les exploits sportifs comme la course en canot

Dans la religion catholique, le Carême est une période qui débute quarante jours avant Pâques, fête de la résurrection du Christ. Il fut un temps où cette période était marquée au sceau de l’austérité par le jeûne et la pénitence que l’Eglise imposait aux croyants. Depuis le Moyen-Âge, la tradition voulait qu’on se défoule durant les sept jours avant le début du Carême, l’apothéose des festivités ayant lieu le Mardi Gras. On s’empressait de manger tout ce qui allait être interdit durant quarante jours,  à commencer par les oeufs et la viande. On dansait et jouait de la musique et l’on portait des masques  qui étaient le meilleur moyen de se livrer à quelques excès dans un relatif anonymat ! Apportées par les colons catholiques au Nouveau Monde, ces coutumes  perdurent avec vivacité. Alors que les Européens continuent de célébrer Carnaval la semaine du Mardis Gras, les Francophones d’Amérique du nord commencent leurs festivités dès le mois de janvier à Québec pour les terminer à la Mi-Carême  ( quatrième jeudi du carême) en Nouvelle-Ecosse et  aux Iles de la Madeleinehttp://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-165/Mi-Carême_en_Acadie.html.    Boissons, musique, danse et masques sont communs à toutes les célébrations et chaque Carnaval y va de ses traditions liées à l’histoire et au folklore locaux. Comme aux Antilles, le Carnaval de la Nouvelle-Orléans http://www.mardigrasneworleans.com/ se fête durant les sept jours gras qui précèdent le Mercredi des Cendres, premier jour du Carême. Il se caractérise  dans le Quartier français par des défilés de chars colorés  et de danseurs qui évoluent au rythme des orchestres de jazz pour le plus grand bonheur des  spectateurs dont certains laissent, pour l’occasion, leur puritanisme au placard. Bien plus au nord, alors que le thermomètre flirte régulièrement avec les 20 degrés au dessous de zéro, c’est la ville de Québec qui ouvre  les festivités  qui dureront deux semaines http://www.carnaval.qc.ca/fr/carnaval-2012/a-ne-pas-manquer. Ici, mieux vaut être bien emmitoufflé pour assister aux parades  ou dévaler les toboggans de glace ! Le moment fort est toujours la traversée du fleuve Saint-Laurent en canot. Hommage à ceux qui, il y a moins d’un siècle, transportaient  passagers et marchandises sur le fleuve transformé en banquise flottante ! Au menu : un « canot » qui doit peser dans les 150 kg et cinq courageux qui pagayent dans une eau à 3° et poussent leur embarcation sur la  glace depuis Québec jusqu’à Levis sur la berge d’en face. Quand  ils ont fait l’aller et le retour, ils ont gagné le droit  de recommencer ! toujours le plus rapidement possible en slalomant entre les icebergs qui dérivent à la vitesse du courant. Tout cela en (petite) tenue de skieurs de fond sous les vivats des milliers de spectateurs massés sur les berges,  souvent réchauffés au Caribou, la boisson locale !

Mots-clés

 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Commenter